AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jilano Leonas l'amnésique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jilano Leonas

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 06/11/2010

Feuille de personnage
Equipement porté: Baton de sorcier; épée naine; arc pliable
Argent Total (cuivre): 13 000

MessageSujet: Jilano Leonas l'amnésique   Dim 30 Jan - 12:08

Biographie:

Né dans un petit village, fils d’un grand guerrier, Jilano fut chéri par ses parents jusqu’à l’âge de sept ans, moment où son père commença son entraînement. Il n’était pas très doué cependant il devint rapidement très agile et s’attira les bonnes grâces du seigneur local. Celui –ci invitait souvent des grands magiciens car il était féru de magie. Un des magiciens de passage, pratiquant la divination averti sa seigneurie que cet enfant se révèlerait très doué pour la magie. Il ordonna donc sa formation par un transmutateur très renommé, fier d’avoir pu participé à la formation d’un apprenti. Son père n’était pas d’accord avec cette décision, cependant il dut s’incliner face à l’autorité du chef. L’enfant suivit donc la formation de magie en parallèle de sa formation de maîtrise des armes. Jilano devint, en effet, le favori de son maitre tant son don pour la magie était grand. Sa formation avança très rapidement. Il devint la fierté de son maître qui le mena alors dans diverses conférences.
Lors d’une d’entre elles, son maitre et un autre magicien, vêtu de noir et entouré par une aura macabre, se querellèrent pour savoir quelle magie été la plus forte. L’enfant ne comprenait pas mais ressenti une certaine curiosité pour le magicien morbide. Un après-midi, alors que Jilano jouait pour se détendre après un entraînement très difficile, il sentit une présence étrange. Le ciel s’assombrit et le vent se leva, présageant une tempête. Il courut alors pour se mettre à l’abri chez lui. Hélas un spectacle de désolation atroce l’attendait. Il trouva son maître mort dans la cour baignant dans une flaque de sang. La porte était maintenue ouverte par la servante morte elle aussi. L’enfant courut alors chez lui trouver de l’aide mais trébucha à cause de la pénombre. Il se retrouva alors nez à nez avec sa mère allongée sur le sol qui le regardait d’un air de pitié. Jilano se rua au près d’elle mais elle était mouillée et froide. Plus froide que l’air ambiant. Glaciale. Sa robe blanche était rouge sang. Jilano se retourna vivement pour échapper à cette vision d’horreur mais aperçu son père allongé tête en bas dans l’escalier. L’enfant remarqua que son père n’avait même pas tiré l’épée qu’il portait à la ceinture. Jilano au bord de l’évanouissement se tourna en pleurant vers la porte pour fuir et vit le magicien vêtu de noir. Il souriait regardant l’enfant et lui tint ces mots : « la nécromancie, jeune homme, est la magie la plus puissante qu’il soit donné d’exister ». Brusquement un nuage noir apparu, masquant l’inconnu qui disparut en même temps que le nuage. L’enfant ivre de rage se jura de venger son maître et sa famille décédée.
L’enfant erra alors de village en village grandissant au fur et à mesure que le temps passait. Il cherchait la puissance, et cette puissance il voulait l’acquérir par la nécromancie, certain que cette magie était la plus puissante. A l’âge de 17 ans, il commença à commercer avec les orques en les escroquant grâce à ses bases de transmutation. Il commença alors à créer une entreprise spécialisée dans le commerce d’objets rares, travail dangereux et souvent illégal : vente de fées, vente d’arme pour l’armé orques qui se préparaient à affronter des elfes. Puis il utilisa les orques dans le but de voler et d’enlever quelques magiciens de bas étages tels que des bibliothécaires. Ainsi il pouvait assouvir sa soif de connaissances sur la nécromancie, et dans un même temps, trouver les objets qu’on lui demandait. Les orques lui obéissaient par crainte des sacrifices qu’il imposait. C’est ainsi qu’il découvrit grâce aux manuscrits et à ses propres expériences la technique de la vie éternelle appelée ainsi car elle permettait de voler l’énergie vitale à ses ennemis. A l’âge de 23 ans il cessa de vieillir.
Lors d’un des nombreux vols auquel il assista, il rencontra une femme aux cheveux blonds d’une beauté resplendissante. Cette femme venait d’assassiner le magicien qu’il comptait interroger. Les deux criminels s’attachèrent rapidement l’un à l’autre. Ils finirent par se marier, bien qu’il ne sache jamais la raison exacte qui avait poussé la femme à tuer ce magicien. Il lui promit d’arrêter la nécromancie. L’énergie vitale qui avait alors volé aurait permis selon ses calculs de vivre encore 50 ans en conservant le même aspect physique. Les affaires tournaient extrêmement bien grâce à l’armée d’orques. Cependant Jilano se fit des ennemis. Cela ne le préoccupé pas car il consacrait tout son temps libre aux deux jumeaux qui venait d’avoir, frères et sœurs, Nathaniel et Kitty.
Un soir alors qu’il rentrait chez lui, il trouva sa maison en feu et un groupe d’hommes amassés dans la cour. Ces hommes tenaient ses enfants. Il courut alors les secourir mais en voyant cela les hommes jetèrent ses enfants dans une calèche qui fila dans la nuit. Ils égorgèrent sa femme puis la jeta au feu pour ensuite s’enfuir. Sous le choc il ne plus se lancer à leur poursuite. Sa femme, ses enfants, ses manuscrits, tous ses biens étaient partis en fumée en une soirée. Il s’enfuit alors dans les montagnes traversant les forêts sous la crainte d’être traqué. Il trouva alors refuge chez un ermite qui jadis avait fait vœux de ne plus jamais revoir la civilisation et de ne vivre que de nature. Cette promesse était particulièrement visible car elle avait atteint la raison de ce pauvre homme qui en était devenue passablement fou. Cependant Jilano n’avait pas le choix car c’était le meilleur moyen d’échapper à ses poursuivants, voir de se faire oublier, et l’ermite était très heureux d’avoir un peu de compagnie. C’est ainsi que Jilano vécu pendant près de trois ans en s’entrainant à la transmutation pour se rapprocher de la nature et retrouver la sérénité. Mais ce calme ne devait pas durer. Alors qu’il se délassait dans la forêt, Jilano repéra des traces humaines : ses poursuivants l’avaient retrouvé. Résolu au départ il alla faire ses adieux à l’ermite qui lui appris en guise d’adieux la technique de métamorphisme, technique extrêmement difficile à réaliser qui devait nécessiter un entrainement très poussé, technique que Jilano se promit d’améliorer par la suite.
Il s’enfonça encor plus dans la montagne et finit par se perdre. Il tomba alors dans un gouffre caché par de la végétation et se réveilla chez des nains. Très peu d’informations ont réussit à sortir de ces grottes mis à par que les nains lui ont fabriqué épée et bouclier pour lui témoigner leur haute estime, qu’il a probablement gagné de haute lutte vu la réputation de ce peuple. Puis on sait qu’il sauva, grâce à sa magie et à ses bras, une délégation elfe attaquée par une horde d’animaux inconnus et étrangement très bien organisés. La délégation était apparemment à la recherche d’une certaine princesse qui aurait fuguée, et à sa tête se trouvait un mystérieux individu, bien qu’il ne sache pas exactement en quoi. Quoi qu’il en soit, les elfes lui permirent pour le remercier de s’entrainer aux armes avec un très vieux maitres d’armes narcoleptique. Il retrouva rapidement les bases de sa jeunesse puis devint extrêmement agile. Il finit par quitter son maitre pour se faire tueur à gage. Il se révéla très doué, et en profita pour chercher ses enfants, récoltant des informations sans jamais révéler le fait d’être leur père.
Lors d’un contrat, il fut brutalement malmené et, à son réveil dans un temple, il avait perdu une grande partie de sa mémoire. Il avait gardé un cahier rempli de ses notes sur de nombreux sujets, notamment certains passages de sa vie dont ceux qui vous ont été racontés. Malheureusement il en avait oublié ses techniques magiques et martiales, et se révéla incapable de retrouver son ancien niveau dans ces domaines. Les prêtres qui le soignait lui dire que tout cela devait revenir avec le temps et lui conseillèrent de voyager à travers le pays pour revoir des endroits qui lui étaient familiers. C’est ainsi qu’il décida de trouver un groupe d’aventurier pour faire route avec eux. Après plusieurs longs mois pendant lesquels il s’évertua à récupérer ses anciennes capacités, Jilano atteint la halte d’Emeric, un endroit célèbre pour sa sûreté bien qu’il soit construit au beau milieu de terres sauvages.

Sources : nous remercions pour les informations villageois, nains, prêtres, anciens membres d’associations de malfaiteur actuellement sous peine de mort, ermite, qui ont bien voulu nous donner les informations nécessaire à la biographie de ce personnage de légende que nous voudrions retrouver pour finir notre travail.



Description:

Je l’ai vus dans une auberge alors qu’il était encore tueurs à gages. Il portait des habits souples, noirs comme une nuit sans étoiles. Son visage portait en permanence les signes d’une grande tristesse. Les malheurs d’une dizaine de vie avait imprimé ces expressions, de sorte que même lorsqu’il souriait à la serveuse son regard été plein de mélancolie. En faisant le tour de la salle pour jauger mon adversaire, je pus observer ses traits. Il avait le teint mâte de ceux qui ont sué au soleil durant des années. Une trace de brûlures dépassées de son col et mangeait sa nuque. Des cheveux noirs encadrés son visage et ses yeux grises compléter le tableau.
Soudan il se leva et se dirigea vers la porte. Je le suivi et en vérifiant mon ordre de mission : c’était bien lui que je devais ramener. Il se dirigea vers un cheval noir chargé d’équipement. Il monta dessus d’un seul mouvement, d’une grâce féline. Il s’enfonça ainsi dans la forêt. Sachant où il se dirigeait je le suis en passant par des raccourcis.
Une fois sur place je m’installai dans un arbre. Alors un mouvement très rapide s’effectua dans un coin sombre. Jilano se déplaçait avec l’agilité d’un fauve. Ses bottes ne faisaient plus aucun bruit comme si elle ne faisait qu’effleurer le sol. Dans son dos se tenait un carquois remplie de flèches, visiblement faite artisanalement et de très bonne qualité. Pas d’arc. Pas d’arc ? Avait-il oublié quelque chose ? Ainsi il arriva près du cantonnement des kidnappeurs. Il sortit d’une poche un ensemble de baguette reliée par des articulations mécaniques. D’un mouvement ses baguettes formèrent un arc de très bonne qualité. Il prit quatre flèches et les planta devant lui sur le sol. Il prit la première, et à ce moment-là tout s’accéléra. Il banda son arc, tira, puis fit de même avec les autres flèches. Les kidnappeurs alertés par les quatre morts, se ruèrent sur Jilano. Celui –ci se leva d’un bond, dégaina son épée et incarna la mort l’espace de deux secondes. Ses adversaires gisaient à terre. Morts. Jilano alla lentement vers la tente. Il regarda rapidement à l’intérieur pour vérifier qu’il n’y avait aucun piège puis ressorti avec la victime des kidnappeurs. D’un seul coup d’un seul le tua, courut, puis disparu dans la forêt. Je compris ainsi que la cible n’était pas les kidnappeurs mais la victime qui aurait pu parler. Maintenant que je connaissais mon adversaire je sus que la lutte serait rude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jilano Leonas l'amnésique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un maitre, un sith et une jeune amnésique. [Pv Aykan, Horus]
» Hanako Hyûga, amnésique adoptée [chuunin-juunin]
» Gwendael, elfe amnésique.
» (m) david gandy # un mari amnésique
» Jack Frost l'amnésique [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Archives de Landovar :: Biographie des Personnages-
Sauter vers: